La voix et la musique en Italie du XIVe et au XVIIIe siècles

Concert

Titien

La voix et la musique en Italie
du XIVe au XVIIIe siècles

Lisa Magrini, soprano
Dimitri Goldobine, guiterne, luth renaissance, théorbe, clavecin

Chapelle de La Charité : 19 octobre à 20h30

Réservations 07 82 14 87 94

 Note sur le concertLes musiciensProgramme

 

Note sur le concert

L’âme italienne vit et se nourrit par le chant, par la vocalité et ce, depuis des siècles.
Les expressions de différents états d’âme se reflètent et s’abandonnent dans des mélodies chantées souples et volubiles, mettant toujours en valeur les qualités de la voix humaine et ce que peuvent faire ressentir sa couleur, sa chaleur et sa manière de respirer.

Le programme proposé par Lisa Magrini (soprano) et Dimitri Goldobine (cordes pincées, clavecin) suit le parcours historique de la vocalité italienne depuis le trecento (années 1300) jusqu’à la veille du style classique. La musique du trecento, dont les œuvres du célèbre organiste aveugle Francesco Landini sont la première expression historiquement connue de cette vocalité, est déjà riche en virtuosité et en phrasé mélodique très subtil. A la Renaissance, l’expression de la parole devient progressivement de plus en plus importante, surtout dans le genre de madrigal – mise en musique d’un poème mettant en valeur les détails les plus fins du texte poétique.

Ce concept de la musique comme « servante » de la poésie culmine à l’époque dite baroque (v.1600-v.1750). Mais les meilleurs musiciens – entre autres Monteverdi, Caccini, Alessandro Scarlatti, Vivaldi – savent préserver l’équilibre entre l’exigence dramatique du poème, la beauté mélodique et la confiance dans le génie de la voix humaine.

La voix de Lisa Magrini sera accompagnée, selon le style historique des pièces interprétées, par différents instruments : guiterne (guitare médiévale), luth Renaissance, théorbe et clavecin (les deux derniers pour le répertoire « baroque »).

 

Les musiciens

lisa2Lisa Magrini
Lisa est née à Avignon en 1982, a eu très tôt l’expérience du chant soliste et de la scène puisqu’elle rejoint dès l’âge de treize ans l’ensemble Tard Quand Dîne qui couvre un répertoire allant de la musique médiévale aux musiques traditionnelles. Au sein de cet ensemble elle fera plus de 300 concerts avant ses dix-huit ans, en France, en Allemagne et au Canada.
Attirée par le répertoire classique, elle se forme auprès du ténor Carlos Belbey, et intègre la classe de Laure Florentin au Conservatoire d’Aix en Provence, où elle obtient un DEM de chant Lyrique. Elle a par ailleurs une licence de musicologie et une licence de psychologie, toutes deux obtenues à l’Université de Provence.
Elle se forme également en vocalité baroque auprès de Vincent Recolin, Monique Zanetti, Lise Arseguet, Gérard Lesne, Eugène Ferré, Jean-Marc Aymes, Raphaëlle Kennedy, et ponctuellement avec Johannette Zomer, Hopkinson Smith, Léonardo Garcia Alarcon…
Lisa étudie ensuite à la Schola Cantorum Basiliensis (Suisse) auprès de Dominique Vellard, Gerd Türk, Kate Dineen et Crawford Young pendant trois années durant lesquelles elle complète un Master d’interprétation de musique ancienne.
Lisa Magrini a eu l’occasion de donner de nombreux concerts en soliste en France, Suisse, Allemagne, Espagne, Belgique, Irlande, Canada, Pays-Bas, Maroc et Bolivie.
Elle a chanté sous la direction de Christophe Rousset, Andrea Marcon, Dominique Vellard, Vincent Recolin, Michel Piquemal, Conrad Steinmann, Luc Coadou, Sébastien Boin, Julian Villaraga…
Lisa se produit dans des rôles d’opéra ou d’oratorios comme par exemple : La Pieta dans la Morte Delusa de Bassani à Genève en 2011, sous la direction de Lionel Desmeules;  Filia dans Jephte de Carissimi, Abbaye du Thoronet, Août 2010 sous la direction de Dominique Vellard; Vagans dans Juditha Triumphans de Vivaldi à Genève en 2010 sous la direction de Lionel Desmeules; Tullia dans Ottone in Villa de Vivaldi à la Fondation Royaumont en 2007  sous la direction de Gérard Lesne;  Calisto dans La Calisto de Cavalli à Essaouira (Maroc) en 2006 sous la direction de Vincent Recolin….

Lisa se produit aussi en récital avec le pianiste Jean-Marc Maitrot dans un programme de mélodie française (Fauré, Ravel, Roussel, Debussy…) ainsi qu’avec la claveciniste Natalia Cherachova avec un répertoire de musique baroque allemande et française (Bouteiller, Lully, Dumont, Couperin, Haendel,  Capricornus, Bach…)

 Avec le claveciniste Lionel Desmeules , elle a donné plusieurs tournées de leur concert « Tiranno Amore, Core Stolto ! »(Luzzaschi, Monteverdi, Steffani, Rossi, Strozzi, Kapsberger, Vivaldi …) en France et en Suisse.  Ce récital a donné lieu à un enregistrement disponible depuis 2013.

Elle a par ailleurs co-créé avec six autres chanteurs solistes l’ensemble Vox Vagans qui est spécialisé dans la musique polyphonique de la Renaissance et début baroque.

Lisa enseigne la technique vocale depuis 2005.

goldobineDimitri Goldobine
Dimitri Goldobine commence ses études musicales à l’âge de 6 ans. A 15 ans, ayant eu un « coup de foudre » pour la musique de la Renaissance et du Seicento (à l’époque, presque jamais jouée en Russie), il décide de se consacrer à son étude et interprétation.

Après l’obtention du Certificat de formation musicale secondaire en 1984, il poursuit, jusqu’en 1991, ses études de musicologie au Conservatoire National Supérieur P. Tchaïkovsky de Moscou,où il fréquente aussi la classe d’orguedu professeur Léonide Reusmann. En 1989, il est claveciniste de l’ensemble Camerata Boccherini (dirigé par le célèbre violoncelliste Ivan Monighetti), avec lequel il joue des concerts en Russie, en Pologne et aux Pays-Bas.

Pour compléter sa formation en musique ancienne, en 1991 Dimitri Goldobine vient à Paris, où il étudie le clavecinet la musique de chambre ancienne avec Ilton Wjuniski, jusqu’en 1994 (plus tard, en 1997-99, il prendra aussi des cours avec Mireille Podeur, au CNR de Nice). Actuellement, il travaille sur une thèse de doctorat consacrée aux « mises en tablature » des XVIe-XVIIe siècles.

Le luth est le second instrument de Dimitri Goldobine. Ayant commencé en autodidacte à Moscou, il a pris par la suite des cours avec Oleg Timoféev, Hopkinson Smith, Jean-Luc Impeet Federico Marincola. Sans être un véritable soliste-virtuose de cet instrument, il l’utilise souvent pour varier ses programmes et pour accompagner les chanteurs ou les instrumentistes (également au théorbe).

Depuis son installation à Cannes en 1995, Dimitri Goldobine joue des concerts et des récitals dans la région et à l’étranger. Actuellement, il est claveciniste et théorbiste de l’ensemble Vox-abulaire (Nice) et théorbiste de l’ensemble Labirinto Armonico (Pescara, Italie), avec lesquels il se produit en concerts et en festivals en France et en Italie. Il joue également avec le violoniste Philippe Tallis et participe en tant qu’organiste aux festivals d’orgue de la Ligurie (récital à San Remo dans le cadre de l’European Organ Festival, août 2005).

Il est actuellement professeur de clavecin et de basse continue au Conservatoire de Cannes.

 

 

Programme

Da bel Castel – codex rossi
Con lagreme bagnadome – Cicconia
I vo Bene – Gherardello da Firenze
Ecco la primavera-Landini
Ricercar VIII – Capirola (luth)
Pavana detta la Gombertina – P.P. Borrono (luth)
Madonna qual certezza
Tu dormi – Trombocino
Petit prélude (théorbe)
Amarilli – Caccini
Odi Euterpe – Caccini
Se l’aura spira – Frescobaldi
Che si puo fare – Strozzi
Lamento della Ninfa – Monteverdi
Toccata Seconda (du 2nd livre de toccatas) – Frescobaldi
Canzona Prima (du 2nd livre de toccatas) – Frescobaldi
Amor hai vinto – Vivaldi
Il rossignuol – Scarlatti

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s